Blog

Boite à idées

Beatle in the box : les insectes en mode gourmet

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
Beatle in the box : les insectes en mode gourmet

Notre planète abritera plus de 9 milliards de personnes d'ici 2050, et nous devrons faire face à un manque de ressources alimentaires. Certains experts envisagent l’entomophagie – le fait de manger des insectes – comme solution pour cette carence alimentaire globale. Beatle in the box est le projet de deux photographes italiennes, Michela Benaglia et Emanuela Colombo qui, en collaboration avec une cheffe et une biologiste, explorent l’alimentation à base d’insectes dans une série de belles images de natures mortes.

La série de photos présente des plats populaires réalisés avec des insectes, qui deviennent les protagonistes de ces mets : grillons, locustes, papillons, fourmis ont été utilisés pour préparer une série de délicieuses recettes de gazpacho, tagliatelles, tacos etc., en soulignant le potentiel culinaire de ces insectes comestibles.

Découvrez les coulisses du projet Beatle in the box, racontés par Michela Benaglia et Emanuela Colombo.

Comment est né le projet ? Quel était votre objectif de départ ?
Nous avons découvert une nouvelle loi sur les nouveaux produits alimentaires entrée en vigueur en 2018 pour faciliter la vente des insectes au sein de l’Union Européenne. La loi aligne l’ensemble des Etats membres avec la Hollande et la Belgique, où les produits à base d’insectes sont déjà en vente dans les supermarchés depuis un moment. En 2050, il y aura plus de 9 milliards de personnes sur notre planète et les ressources alimentaires seront insuffisantes et il y aura moins de terres arables à disposition. La pollution hydrique, la déforestation et le sur-échauffement climatique seront progressifs. Comment peut-on contrer une telle situation ? Les insectes représentent une des réponses possibles, proposées par les experts de nutrition du monde entier. Plus de 2 milliards de personnes utilisent déjà les insectes pour des fins alimentaires et les espèces comestibles sont plus de 1900.

    Gazpacho à base de grillons

Tagliatelle à la farine de grillons

Votre projet photographique est collaboratif : comment avez-vous défini les rôles de chacun ?
Ç’a été facile. Moi (Emanuela) je suis spécialisée dans la photographie d’animaux en studio, donc il était clair que j’aurais photographié les insectes/ingrédients. Michela, qui a commencé comme graphic designer et a une certaine expérience comme photographe culinaire, a pris les photos des assiettes. En tant qu’excellente video maker, elle s’est aussi occupée de tourner les vidéos de la préparation des assiettes, qui montrent comment ces mets appétissants ont été réalisés en utilisant les insectes qu’on montre en photo.

Quels ont été les plus grands défis dans ce projet?
Il n’a pas été facile de trouver des insectes vifs à photographier. Un grillon ou une locuste bougent très rapidement et ne sont pas très « contents » de poser ! Il a aussi été difficile de trouver un chef spécialisé en « entomophagie », qui soit capable de préparer des plats appétissants à base d’insectes. On a travaillé avec les filles de Entonote, une association qui s’occupe depuis des années de diffuser l’entomophagie en Italie et organise des diners thématiques. Cette collaboration qui a donné des résultats excellents… que vous pouvez voir en images !

Mini tacos avec avocado et papillon au miel

Dumplings de pomme de terre et mites et spaghettis de courgettes

Vous avez choisi de présenter le projet comme une série de « diptyques » d’images, qui montent des photos d’insectes et du plat réalisé, accompagnés d’une recette. Pourquoi ?
En tant qu’européens, on a grandi avec l’idée que les insectes sont moches et « dégoutants ». Cette idée, principalement lié à leur aspect, nous influence profondément et fait qu’il est souvent impossible de penser à un insecte comme quelque chose d’appétissant. L’idée de base du projet est de jouer sur ce concept, en montrant qu’un « insecte dégoutant » peut se transformer en « plat appétissant ». Un plat qu’on mangerait… si on ne savait pas qu’il contient la petite « bête » qu’on montre à côté. Les recettes montrent que ces plats sont « normaux » et peuvent être préparés par tout le monde.

Mini pancake aux locustes

Nems aux locustes

Quel est votre plat à base d’insectes préféré et pourquoi ?
Mon plat préféré ? Les pâtes fraîches à base de farine de grillons. Je suis européenne, et si je suis certaine que les insectes sont une bonne option pour le futur de notre alimentation, j’ai du mal à imaginer de pouvoir manger quelque chose qui a la forme d’une locuste ou d’un papillon… ! Dans ces pâtes, les grillons ont été réduits en farine et donc ils ne sont pas identifiables. Elles ont un goût qui rappelle les châtaignes, ce qui les rend assez « accessibles ». Elles sont délicieuses !

Avez-vous d’autres projets liés à l’alimentation ?
En ce moment, on n’a pas de projets en lien avec l’alimentation. Toutefois, le processus de production de viande en laboratoire, qui rendrait inutiles les élevages intensifs d’animaux, nous fascine beaucoup… on verra !

Images © Michela Benaglia - Emanuela Colombo

Suivez aussi FineDiningLovers sur Facebook 

Tags