Blog

Carnet de voyage

Yaeyama : îles reculées et secrets de la cuisine japonaise

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
Yaeyama : îles reculées et secrets de la cuisine japonaise

Tout au bout de l'archipel japonais, les îles Yaeyama sont plus proches de Taiwan que d'Okinawa, la préfecture dont elles dépendant. Il est donc logique que lors de votre arrivée à Ishigaki, l'île principale de cette agglomération, tout ait l'air plus lent, plus ensoleillé et plus décontracté que le Japon que nous connaissons habituellement.

Ces îles formaient le Royaume Ryukyu, un Etat indépendant qui a duré près de quatre siècles avant d'être rattaché au Japon à la fin des années 1800. Elles ont leur propre culture, langue et façon de vivre. On pourrait dire que les habitants des îles Yaeyama pourraient être parfaitement heureux sans le Japon, mais ceux qui vivent sur les terres principales du Japon ne seraient pas aussi bien nourris sans ces îles presque oubliées. 

KUROSHIMA, "la garderie des vaches"

Prenons par exemple Kuroshima, une petite île en forme de coeur de 10km², surnommée la "garderie des vaches", où la plupart des vaches qui terminent dans les meilleures assiettes du pays sont nées. On compte d'ailleurs plus de bétail que d'habitants sur cette île de corail, grâce à son sol riche en calcium. Kuroshima abrite de nombreuses fermes de veaux, qui sont ensuite envoyés dans d'autres parties du pays à l'âge de 8 ou 9 mois pour devenir le très prisé boeuf wagyu.

Un autre boeuf moins connu venu d'Ishigaki est pourtant extrêmement apprécié localement ainsi que dans le reste de l'Asie. Sur l'île d'Ishigaki, des éleveurs de veaux tels que Misaki-san produisent et abattent eux-mêmes les vaches, avant de vendre la viande dans leur propre boutique et restaurant grill.

Poivrier long

Les îles Yaeyama sont également connues pour le poivrier long, un poivre natif des tropiques asiatiques, appelé pipachi en langue locale. Ce poivre fruité est séché et moulu avant d'être saupoudré sur beaucoup de plats, notamment le Yaeyama soba, un petit bol de soupe aux nouilles avec du pain de poisson. Il s'agit également d'un ingrédient important de l'huile pimentée favorite du Japon, préparée par le restaurant Penguin Shokudo. L'établissement sert un menu complètement inspiré par les produits de saison des îles Yaeyama, des fougères aux palourdes géantes.

Awamori

L'histoire mercantile de ces îles peut parfaitement s'expliquer par l'histoire de l'awamori, la célèbre liqueur d'Okinawa. Cet alcool de riz à l'appellation contrôlée est fabriqué à partir de riz long grain indica (Thai), et non japonica que l'on trouve facilement au Japon. Il s'agit du résultat direct des échanges entre l'Asie du Sud-Est et la Chine - Okinawa a joué un rôle majeur dans le marché maritime dans les années 1500, et de là serait né ce fameux riz, lao khao.

Cet alcool de riz qui contient de 20 à 50% d'alcool n'est pas fait pour les petites natures. On le consomme traditionnellement avec des glaçons, de l'eau (gazeuse ou plate) ou sec, mais ces dernières années, de nombreux distilleurs ont travaillé de nouvelles façons de consommer l'awamori afin d'attirer un public plus jeune. La distillerie de Seifuku à Ishigaki utilise le gingembre, le raison, la prune ou encore le yuzu pour créer des liqueurs d'awamori, et a récemment été récompensée par le grand prix Japan Airlines.

Lentement mais sûrement, les qualité de ces héros méconnus du Japon se font connaître.

Suivez aussi FineDiningLovers sur Facebook 

Tags