Blog

News et tendances

S.Pellegrino Young Chef : la compétition a commencé

par FDL le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
S.Pellegrino Young Chef : la compétition a commencé

Nous y voilà ! La Grande Finale du S.Pellegrino Young Chef 2015, le concours de S.Pellegrino pour les chefs de moins de 30 ans, a enfin débuté. 

Ce matin à The Mall de Milan, les 20 jeunes chefs du monde entier ont commencé à présenter leurs créations (pour toutes les découvrir, cliquez ici) au jury des « sept sages ». Gastòn Acurio, Margot Janse, Grant Achatz, Joan Roca, Massimo Bottura, Yannick Alléno et Yoshihiro Narisawa : ce sont eux qui évalueront les plats, à la fois pour leur goût, leur présentation et leur concept, mais qui décideront également qui méritera de faire partie des trois finalistes en absolu.

Les jeunes chefs ont été divisés en deux groupes de dix. Le premier a présenté ses plats dès 10 heures ce matin, et les autres, dont le Français Paul Feybesse, ont commencé leur présentation depuis 13h30.
Ce matin, nous avons pu voir : Tobias Wessler (Allemagne-Autriche) avec son plat Milcheis Vom Tannegrun; Martin Elschner (Suisse) et son plat Rivière, terre et sol ; Peter Gunn (Pacifique) qui a préparé des Côtes de bœuf Wagyu des Iles Robbins, avec une vinaigrette au céleri ;

la Salade crétoise à la casserole de Alexander Tsiotinis (Pays Méditerranéens)  

Alex Joseph (Benelux) et son Lapin à la purée de pommes de terre, légumes, moutarde de violette et oignons sauvages ;

Zhu Wenyen (Chine) et son plat Tomato;

Le Pigeon de forêt de Kirk Westaway (Sud-Est Asiatique); Vinson Petrillo (États-Unis) avec son Poulpe, chorizo, joues d’agneau de Wagyu et persil, et Technique immortelle : citrus, romarin et gin de Maria Jose Jordan (Amérique latine), la seule femme de la compétition; Christian André Petterson (Scandinavie) pour son plat L'est rencontre l'ouest.

Chaque chef n’a eu que quelques minutes pour parler de son plat et présenter les mois de travail, de recherche et de perfectionnement qu’ils représentent. Depuis que chacun d’entre eux a gagné les sélections locales de sa propre zone géographique, il est suivi par un mentor, qui est également présent à ses côtés ces deux derniers jours de compte à rebours.

«Hier, j’ai travaillé dix heures et je n’ai presque pas dormi. J’étais trop émue et chargée à l’adrénaline » confie en souriant Maria Jose, la seule femme de la compétition. « Mais je suis contente. Des changements de dernière minute du plat ? Juste un petit ingrédient. Chaque détail a son importance ».

Les mentors et les chefs ne proviennent pas tous du même pays, comme pour l’Italien Giancarlo Morelli, mentor du belge Joseph. «Mais ce n’est pas un problème. Si un jeune est bien préparé ni la langue, ni la nationalité ne sont des problèmes » explique Morelli. «Les fondamentaux de la cuisine sont les mêmes partout : les grands fonds de sauce et les bouillons, sont en mesure de couvrir la sphère de toutes les préparations ».

Cet après-midi, en revanche, il y avait Angelo Scirocco (Afrique – Moyen Orient) avec Le Lait est plus épais que l’eau; Paul Moran (Canada), Pigeon fumé et roti, jus de betteraves, polenta et salsifis; Paul Feybesse (France), Arlette Oignon;

Ryoma Shida (Japon), Umami; Stefan Barca (Europe de l’Est), Qui a tué Bambi; Mark Moriarty  (Irlande – Royaume-Uni),  Céleri rave cuit dans l’orge et dans la paille fermentée ; David Andreas Morera (Espagne - Portugal), Anguille rôtie et fumée, soupe d’oignons, sauce hollandaise et petits oignons; Eldar Muradov (Russie – Pays baltiques), Esturgeon aux moules, oignon, artichauts et bouillon fumé; Jin Yong Park (Asie centrale et orientale), Samgyetang. Et finalement Tripes & Foie Gras de l’Italien Paolo Griffa qui joue à la maison.

Impressionnante la trempe de ces jeunes qui ont fait face à la pression des dernières heures pour finalement se retrouver devant quelques uns des plus grands chefs du monde. Peut-être même en apportant les dernières finitions en direct, en versant les sauces, les émusions, les bouillons. Impressionnants si l’on pense à leur âge : le plus jeune est le serbe Stefan Barca, âgé de 22 ans, suivi de l’Italien Paolo Griffa, âgé de 23 ans, qui s’est toujours montré ces jours-ci calme et souriant, sûr de lui : « Je ne pouvais pas rendre le plat plus parfait que comme il est. Stressé ? Oui bien sûr ! mais je suis surtout prêt et déterminé. » Une maturité qui a également touché Cristina Bowerman (la seule femme mentor avec Clare Smyth): «C’est très rare de trouver des jeunes, brillants et précis comme lui. Il est vraiment incoyable. »

Désormais, il ne nous reste plus qu’à attendre le verdict du jury qui décidera qui des 20 jeunes chefs mérite de participer à la soirée finale pour tenter de remporter le titre du Jeune Chef S. Pellegrino 2015.

Tags