Blog

News et tendances

S.Pellegrino Young Chef : qu'attend le jury français des candidats ?

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
S.Pellegrino Young Chef : qu'attend le jury français des candidats ?

Le grand jour approche. Le 9 mai prochain, dix jeunes chefs français s'affronteront lors de la sélection nationale du S.Pellegrino Young Chef, pour tenter de gagner leur place à la Grande Finale mondiale du 15 octobre prochain à Milan. Après avoir découvert les candidats français et leurs plats signatures, il est temps de s'intéresser au jury de la sélection nationale.

A quelques jours des épreuves, Yannick Alléno, Alexandre Gauthier et Mathieu Viannay nous ont confié leurs attentes concernant le futur Young Chef français.

Qu'attendez­ vous des finalistes de la sélection française du S.Pellegrino Young Chef ?
Yannick Alléno : J’aimerais un véritable moment d’échange, de partage et surtout de réciprocité. Nous continuons tous d’apprendre chaque jour pour peu que nous restions curieux et attentifs; je suis persuadé que chaque rencontre fait évoluer. Et puis c’est un passage de flambeau indispensable; c’est parce que j’ai tant reçu hier que je suis heureux de donner aujourd’hui, dans l’espoir qu’ils rendront à d’autres demain.

Mathieu Viannay : J’attends surtout du goût, des cuissons justes et de l’émotion.

Alexandre Gauthier : Qu'ils proposent une cuisine engagée dans leur époque, une prise de risque qui soit juste sur le goût, la technique et les textures. J'attends plus qu'un travail qui soit beau, propre et simplement bon... C'est une sélection pour un concours de haut niveau, l'engagement est incontournable !

Quelle est, selon vous, la plus grosse erreur qu'un jeune chef pourrait commettre durant la compétition ?
Y.A. : Je pense à un moment drôle a posteriori… Ne pas confondre le sucre et le sel dans la précipitation ! Il m’est arrivé de préparer un soufflé à l’orange et d’utiliser le mauvais des deux, je vous laisse imaginer le résultat…

M.V. : Chercher l’originalité en oubliant de mettre en avant le produit.

A.G. : La plus grosse erreur serait de baisser les bras. Pendant un concours tout peut arriver, le meilleur comme le pire. Il y a toujours une dose d'éléments extérieurs que l'on ne maîtrise pas... Mais il faut se reprendre et ne pas baisser les bras, aller jusqu'au bout !

Ingrédients, technique, talent, esthétique et message : quelle est selon vous la règle d'or la plus difficile à respecter?
Y.A. : Le GOÛT. Tous ces critères sont primordiaux mais ne servent à rien s’ils ne sont pas au service du goût. Tout doit conduire vers celui-ci et rien ne doit l’en détourner. J’en reviens à ma première leçon : tout compte. Il faut être le meilleur, c’est toujours la meilleure assiette qui gagne.

M.V. : Un plat réussi est un plat où les produits sont mis en valeur et dans lequel on retrouve la personnalité du chef, avec une technique irréprochable.

A.G. : Le plus difficile est le respect des produits sélectionnés synonyme de saison et de territoire. Le plus important est d'y trouver une identité culinaire, singulière, neuve ou authentique. Mais sans jamais perdre le produit !

Tags