Blog

Point de vue

S.Pellegrino Young Chef : les attentes du jury

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
S.Pellegrino Young Chef : les attentes du jury
Photo David Martin

J-1 pour la finale Europe Nord-Ouest du S.Pellegrino Young Chef. A la veille de ce jour déterminant pour l'avenir des dix jeunes chefs en compétition, Fine Dining Lovers a pu échanger avec deux membres du jury : David Martin et Heiko Nieder. Nous leur avons demandé quelles étaient leurs attendre concernant les candidats... Voici leurs réponses !

Avez-vous déjà jeté un coup d’œil aux différents plats/chefs en compétition cette année ?
David Martin : J'ai pris connaissance des candidatures en fin de semaine dernière et je dois dire que j'ai été agréablement surpris. On se rend compte que les jeunes prennent conscience de l'ampleur de ce concours en terme d'expérience, de visibilité, de réseau et de rencontres non seulement avec de grands chefs, mais aussi des jeunes chefs de leur âge venus du monde entier. Ce concours, c'est vraiment une bombe ! C'est l'endroit où il faut être.

Heiko Nieder : Je n'ai regardé aucune recette ni photo. Je préfère arriver avec un oeil neutre pour n'avoir aucune pensée positive ou négative avant le jour-J.

Heiko Nieder

Qu'attendez-vous des finalistes de la sélection Europe Nord Ouest du S.Pellegrino Young Chef ?
D.M. : J'attends de dénicher un candidat talentueux bien sûr, mais surtout avec une forte identité. Je veux un jeune qui prend le risque de nous montrer qui il est, sans a priori, sans se demander si son plat va nous plaire, si c'est dans la tendance, photogénique, etc. J'ai envie de décourvrir quelque chose de nouveau dans le paysage culinaire, quelqu'un qui amène suffisamment d'innovation pour se démarquer tout en restant authentique.

H.N. : J'attends une large gamme de préparations, des mariages de saveurs, des interpréatations fraîches et de bonnes techniques... Je me demande ce que nous allons voir et goûter ! 

Quelle est, selon vous, la plus grosse erreur qu'un jeune chef pourrait commettre durant la compétition ?
D.M. : Du fait de la surmédiatisation actuelle de la cuisine, j'ai peur de me retrouver face à des chefs qui nous proposent un plat vu 36.000 fois sur Instagram. Pour moi, l'important c'est que le candidat puisse nous expliquer pouquoi il a choisi de faire ce plat et pas autre chose.

H.N. : La plus grosse erreur serait de copier un grand chef ou de ne penser qu'au dressage et pas assez au goût.

Suivez aussi FineDiningLovers sur Facebook 

Tags