Blog

Les bonnes adresses

Où découvrir la cuisine fusion à Paris ?

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
Où découvrir la cuisine fusion à Paris ?
Photo Marclee

La cuisine fusion est la tendance de ces dernières années. Attention... On ne parle pas là de la simple cuisine hybride, qui vise par exemple à mélanger les sushis et les burgers pour obtenir une création surprenante, mais bien de la rencontre de deux univers gastronomiques. Pérou, France, Liban, Japon... Que se passe-t-il quand les styles de cuisine de tous ces pays fusionnent ?

Les foodies : une cusine fusion entre la France, l'Italie et l'Asie

Les Foodies, c'est l'histoire d'Alex Kogan, qui a passé 20 ans aux Etats-Unis avant de rentrer en France pour se former dans la prestigieuse école le Cordon Bleu, et de Davide Galloni, chef milanais aux origines thaïlandaises. De cette rencontre pleine de promesse est né ce restaurant niché en plein coeur de la capitale proposant une cuisine du voyage : à mi-chemin entre l'Italie, la France et l'Asie, un mélange atypique mais qui fonctionne à merveille ! On retiendra notamment une excellente salade de Poulpe grillé à la papaye rôtie et sauce ananas complètement addictive, un Tartare de langoustine aux fèves, wakamé, pancetta et pecorino très surprenant, mais surtout le Banana Split revisité façon Foodies, avec de la poudre de Nutella (oui oui!), des bananes caramélisées et une glace gourmande !

Où ? Les Foodies, 6/8 Square Sainte-Croix de la Bretonnerie, 4e arrondissement de Paris.

Sola de Hiroki Yoshitake

Sola, c'est la rencontre entre le meilleur de la gastronomie français et la cuisine japonaise par excellence. Aux commandes de ce restaurant très prisé de la capitale : Hiroki Yoshitake, un jeune chef talentueux passé par les cuisines de l'Astrance de Pascal Barbot. Dans un décor de poutre et de vieilles pierres, vous découvrirez des plats évoluant au gré des marchés et des envies du chef, qui mêlera toujours le meilleur des deux mondes pour vous régaler.

Où ? Sola de Hiroki Yoshitake, 12 rue de l'Hôtel Colbert, 5e arrondissement.

Marclee

« Des racines chinoise, vietnamienne, marocaine et aveyronnaise, une enfance à Tokyo »... Le moins que l'on puisse dire, c'est que Marc Lee avait tout pour créer un « Izakaya asian fusion » (restaurant mélangeant plusieurs cuisines). Dans son établissement bien caché du 10e arrondissement de Paris, le propriétaire a fait appel au chef Daniel Dania (Vénézuélien), à la pâtissière Syrine (ex du Plaza Athénée) et à l'artiste Julien Toty pour partager avec les clients des mets à couper le souffle. La carte « asian fusion » propose ainsi un « Ceviche Marclee » plongé dans une succulente marinade d'enoki, chizo, yuzu et jus de mangue, ou encore le « Tigre qui pleure », soit une viande Aberdeen écossaise cuisinée façon asiatique. Côté dessert, on craque pour les « Gyoza Pomme Tatin », mélange subtile de saveurs asiatiques et françaises, accompagnés d'une crème fouettée et d'un caramel maison, le tout préparé sous vos yeux dans la cuisine ouverte du petit restaurant.

Où ? Marclee, 10 rue Saulnier, 9e arrondissement.
Web

Le Servan

Décidément, la cuisine asiatique se marie à merveille avec la gastronomie française. Au Servan, ouvert il y a un peu plus de deux ans, Tatiana (formée par Pascal Barbot et Alain Passard) et Katia Levha (en salle) proposent des assiettes à cheval entre le côté philippin de leur mère et français de leur père. Le restaurant au décor vintage et épuré, renouvelle sa carte tous les jours pour des plats ultra-frais et savoureux comme on les aime.

Où ? Servan, 32 rue Saint-Maur, 11e arrondissement.
Web

Uma

Uma est probablement l'adresse la plus célèbre de la cuisine fusion à Paris. Dressé sur deux étages, l'établissement propose au rez-de-chaussée un bar à cocktails et à l'étage un restaurant où l'on peut voir le chef Lucas Felzine cuisiner. Ce dernier, passé par L'Arpège d'Alain Passard et Ze Kitchen Galerie offre un mélange nippo-péruvien détonnant ! Au menu : « Gyoza canard et foie gras », « fish tacos, guacamole et laquage thé », « agneau de lait confit et grillé, cedra et hibiscus », ou encore « saumon au beurre, café et vervaine ». Côté desserts, les gourmands sont encore gâtés avec un « millefeuille chocolat avocat et tonka » ou des « alfajores passion et safran, sorbet dulce de leche ».

Où ? Uma, 7 rue du 29 juillet, 1er arrondissement.
Web

Mokonuts

Omar Koreitem, d'origine libanaise, et Moko Hirayama, Japonaise, réunissent le meilleur de leurs deux cultures pour dresser une carte maîtrisée et insolite au Mokonuts. Le premier, ancien second du Sergent Recruteur et la seconde, ancienne pâtissière du Yam'Tcha, le restaurant d'Adeline Grattard, proposent une cuisine fusion à la fois originale et sans chichi, élaborée avec les légumes des petits producteurs d’Île-de-France. Entre le succulent houmous, les radis-fane/pesto/feta et les pâtisseries gourmandes, vous ne saurez plus où donner de la tête.

Où ? Mokonuts, 5 rue Saint-Bernard, 11e arrondissement.
Web

RoseMary

Enfin, près de Bastille, le Rosemary dénote avec ses snacks british, comme les poissons panés et les scotch eggs croustillants, et ses plats franco-britanniques, comme le bœuf Wellington asperges blanches sauce moutarde ou le carré d'agneau, purée d'ail rôti, tombée d'ail des ours, sauce menthe, stilton. A l'origine de ce projet : Julien Roques, un entrepreneur français ayant habité à Londres, et Joseph Rawlins, chef passé chez un certain Gordon Ramsay. Le petit plus ? Des bières artisanales qu'on ne retrouve pas partout et une ambiance gastropub so british.

              

Où ? Rosemary, 4 rue Crillon, 4e arrondissement.
Web

Suivez aussi FineDiningLovers sur Facebook !

Tags