Blog

News et tendances

Les insectes et les algues : deux aliments du futur

par le

Share
Facebook Twitter ShareAddThis
Les insectes et les algues : deux aliments du futur

Les insectes et les algues : deux aliments du futur ? D'ici 2050, la planète sera peuplée de plus de 9 milliards d'habitants, soit autant de bouches à nourrir. Problème : les ressources agricoles actuelles ne permettront pas de subvenir à tous les besoins. Pour anticiper le futur avec sérénité, les acteurs de l'agroalimentaire réfléchissent déjà aux produits qui pourraient pallier ce manque, tout en améliorant la qualité nutritionnelle de nos apports. Car les consommateurs ont beau être de plus en plus nombreux, ils sont également plus exigeants. « La plupart souhaitent revenir à une alimentation plus naturelle, locale, authentique tout en ayant une approche moderne de la nourriture, notamment via les nouvelles technologies », commente Christophe Breuiller, directeur Vitagora, pôle de compétitivité « Goût-Nutrition-Santé » de la Bourgogne, de la Franche-Comté et de l'Ile-de-France. Mais ce n'est pas tout. « Le consommateur, de plus en plus averti, souhaite une alimentation saine, riche en apports nutritionnels, moins grasse, sans pour autant délaisser le plaisir gustatif », ajoute l'expert.

Mais existe-t-il vraiment des aliments pouvant regrouper tous ces critères tout en étant produits en quantité ? Dans le cadre du salon Rapid Resto, Rémi Lantieri Jullien, porte-parole de la FFPIDI (Fédération Française des Producteurs Importateurs et Distributeurs d'Insectes), et Hélène Marfaing, chef de projet agroalimentaire au CEVA (Centre d'Etudes et de Valorisation des Algues), nous en ont dit plus sur deux « super-aliments » qui répondent à tous ces critères et sont encore peu exploités en France.

Les insectes : écologiques et riches en protéines

L'idée de manger des insectes n'est pas nouvelle. « Ils constituent l'alimentation de près de 2,5 milliards de gens sur cette planète », confie d'ailleurs Rémi Lantieri Jullien, principalement dans des pays comme le Laos, la Thaïlande, les pays africains ou d'Amérique du Sud, où les températures leur sont plus favorables. Riches en protéines et en oligoélements (calcium, fer), les insectes sont également une nourriture écologique car ils consomment peu (environ 2 kg de nourriture pour produire 1 kg d'insectes, quand il faut 9 kg de nourriture pour produire 1 kg de bœuf) et ne contiennent pas de pesticides. « Si un insecte avale une plante chargée de produits chimiques, il meurt. Nous sommes donc à l'abri de ce genre de problème », explique le porte-parole de la FFPIDI.

Pourtant, l'idée de manger ces petites bêtes rebute encore bon nombre de Français. « Les consommateurs des pays occidentaux sont prudents envers les produits exotiques », constate Christophe Breuiller. « Mais j'ai bon espoir que les choses évolueront que cela a été le cas pour le poisson cru », espère-t-il. Pour habituer petit à petit les Français, Rémi Lantieri Jullien conseille de débuter par les pâtes aux insectes ou autres aliments qui permettent de cacher l'aspect peu ragoûtant des vers et autres sauterelles comme des biscuits apéritifs, des saucisses ou du surimi. L'expert recommande également aux curieux de découvrir de la bonne cuisine à base d'insectes dans les restaurants sud-américains et asiatiques qui s'y mettent peu à peu dans les grandes villes.

Les algues, la salade du futur ?

60% des Français ont déjà mangé des algues. Très peu utilisée dans la cuisine locale, elle a fait son entrée dans nos vies à travers les spécialités asiatiques, comme les makis entourés de feuilles de nori, les salades de wakame ou les soupes miso. D'ailleurs, les habitants du Japon, de la Corée ou de la Chine mangent autant d'algues, que nous de salade.

Côté cuisine française, l'algue a encore du mal à faire son trou. Pourtant, cette petite plante marine a tout bon. D'un point de vue nutritionnel, les macroalgues sont une riche source de fibres solubles, de vitamines pro-A et E et de minéraux (iode, magnésium, calcium, fer). « On trouve plus de minéraux dans les algues que dans les légumes terrestres », précisent Hélène Marfaing. De leur côté, les microalgues apporte des acides gras, des antioxydants et des protéines.

Côté environnement, l'algue pousse sans apport d'eau douce et hors des champs. De nombreuses variétés comme la laitue de mer ou le haricots de mer poussent d'ailleurs en grande quantité de façon sauvage sur les côtes bretonnes et mériteraient d'être cultivées selon Hélène Marfaing.

Mais comment introduire les algues dans notre alimentation de tous les jours ? Si les Français en mangent régulièrement sous forme de texturant (pour les bonbons par exemples) sans le savoir, l'experte au Ceva recommande l'introduction des boissons aux algues dans notre pays. « Des breuvages à base de microalgues sont très convoités à l'étranger », précise-t-elle. « Les algues peuvent également être cuisinées en tartare et servies sur des petits toasts apéritifs », ajoute l'experte, qui recommande d'amener les Français « en douceur » vers la consommation d'algues. « L'idée n'est pas de remplacer la salade par les algues, mais de les appréhender comme un complément, une innovation. »

Et vous ? Vous êtes plutôt pour les insectes ou pour les algues ?

Tags